Découvrez pourquoi il y a deux dates sur le fronton de la façade de la mairie de Marguerittes ?

Après la grande révolution le château de Marguerittes et son domaine devinrent par
acquisition la propriété de Mr le Marquis de Chanaleilles, chevalier de la légion d’honneur et de St
Jean de Jérusalem, pair de France. Il était allié à la noble famille de Gévaudan par Marie Agathe de
Pourand de Rilly, épouse de Messire Joseph Guillaume, marquis de Chanaleilles, soeur de Pauline
Rosalie de Durand de Rilly laquelle était épouse d’Antoine Joseph comte de Gévaudan, haut et
puissant séigneur.
Mr le Marquis de Chanaleilles, pair de France, fit restaurer le château de Marguerittes
dévasté pendant la révolution.
Enfin, Mr le Comte Gustave de Chanaleilles, fils premier de Mr le Marquis de Chanaleilles,
marié avec la noble de Las Cases, héritier du château et d’une partie du domaine, termina cette
longue série de nobles et illustres propriétaires par un de ces actes glorieux qui immortalisera dans
la reconnaissance des habitants de Marguerittes les noms de Mr le Comte Gustave de Chanaleilles
et celui de Mme la comtesse de Chanaleilles née Las Cases qui ont destiné par testament leur
château de Marguerittes à servir désormais de demeure aux pauvres malades du lieu et leur domaine
à l’entretien de l’Hôpital.
Aujourd’hui, par dessus les armoiries de la famille de Chanaleilles, sur la facade du château,
on lit en lettres d’or gravées sur le marbre.

Hôpital de Chanaleilles
Don fait à la commune de Marguerittes
par Gustave Cte de Chanaleilles
et la Ctesse de Chanaleilles née de Las Cases
1854 – 1864

A la mort du comte Gustave de Chanaleilles, les héritiers du côté de sa femme (Las Cases)
attaquèrent le testament d’après lequel le comte donnait à la commune de Marguerittes son château
pour servir d’asile aux malades pauvres et âgés du Pays. Le tribunal donna gain de cause aux
héritiers, mais plus tard, ceux-ci revenant à de meilleurs sentiments et frappés du désintéressement
franc et loyal que les habitants de Marguerittes avaient montré en cette affaire, se conformèrent aux
dernières volontés du Comte ; de là l’explication des deux dates 1854_1864 et des deux noms : de
Chanaleilles, Las Cases, que porte l’inscription.

Les commentaires sont fermés.